Tour de France 2010 - 1ère étape : Rotterdam - Bruxelles (résumé)

Publié le par Julien HOLTZ

 

Couverture média et interviews de la 1ère étape


Les vidéos

Résumé de l'étape

Cyclisme - Tour : Petacchi dans le chaos
L'Italien Alessandro Petacchi a remporté la première étape dimanche à Bruxelles au terme d'un final chaotique marqué par trois chutes collectives.



Interview du vainqueur de l'étape
Alessandro Petacchi



Sujet magazine
Les Pays-Bas, le vélo et le vent. Un peu comme pour les navigateurs qui définissent la bonne route grace à un spécialiste météo à terre, une météorologue répond à nom de l'équipe Caisse d'Epargne.

 



Les réactions

Tony Martin : « Presque parfait »
La préparation du sprint a été presque parfaite, mais au bout du compte, nous n’avons pas réussi à amener Mark sur la ligne, et nous avons perdu Adam Hansen. Nous avions donc un homme de moins pour l’emballage final, mais quand nous avons vu que Mark était tout de même devant, nous avons continué à penser que nous allions chercher un résultat.

Pendant un moment, j’ai pensé que Hansen avait abandonné, mais il est revenu à l’avant pour travailler à la poursuite ! J’étais à la fois surpris et heureux de le voir plus ou moins en forme. Il a beaucoup de tempérament, mais c’est tout de même impressionnant de voir avec quelle volonté il a continué sur cette étape.

Sur un jour comme celui-là, il était certain que Fabian allait garder le Maillot Jaune, ce n’était pas la peine d’essayer de lui prendre. Et demain, c’est encore un jour pour les sprinteurs. Le parcours n’est pas assez difficile pour pouvoir lâcher Fabian, je ne pourrai pas avoir l’opportunité de reprendre les dix secondes d’avance qu’il a sur moi.

Alessandro Petacchi : « J’ai fait un très grand sprint »

C’était un final très spécial, avec cette chute dans le dernier virage. Je n’ai pas vu la chute, mais j’ai vu que tout le monde arrivait très vite dans le virage, et que personne ne voulait freiner. Alors forcément, il y a eu une réelle confusion dans le final, mais j’ai décidé d’attaquer de loin. Il restait tout de même des hommes forts à battre, et dès que j’ai accéléré, je me suis rendu compte que cela allait être très difficile avec ce faux-plat montant. Mais je me suis accroché, et je crois que j’ai fait un très grand sprint.

Cela fait sept ans que je n’avais pas gagné sur le Tour, et ici c’est toujours très différent des autres victoires. Ce matin au départ, j’étais assez nerveux, mais pendant la journée j’ai commencé à revivre comme un coureur du Tour, je me suis détendu.

Je ne considère pas que c’était une victoire inattendue, car je suis venu ici pour sprinter et pour gagner. Maintenant, j’espère qu’une autre situation se représentera, avec tous les autres sprinteurs. Mais je ne suis pas sûr que Cavendish aurait pu me battre aujourd’hui s’il avait été là, car j’ai vraiment fait un bon sprint.

 

 

Commenter cet article