Tour de France 2010 - 11ème étape : Sisteron - Bourg-lès-Valence (résumé)

Publié le par Julien HOLTZ

Couverture média et interviews de la 11ème étape


Les vidéos
Résumé de l'étape

 

Cyclisme - Tour : Cavendish, la passe de trois
A l'issue d'un combat houleux entre les Columbia et les Garmin, Mark Cavendish a su tirer les marrons du feu pour s'imposer. C'est la 3e victoire d'étape du Cav' sur ce Tour et la 13e étape au total.



Interview du vainqueur de l'étape
Mark Cavendish



Sujet magazine
Les méthodes de récupération rapide des coureurs pro.


 


Les réactions

Alessandro Petacchi : « Je ne vais pas faire comme en 2003 »


Aujourd’hui le sprint était très rapide. Dans les cinq derniers kilomètres, nous étions constamment au-dessus de 60 km/h. Le sprint était dangereux car dans le dernier kilomètre je n’étais pas bien placé, mais mon équipe, et particulièrement Hondo, a fait du bon boulot pour que je puisse me repositionner pour le sprint. Mais Mark a démarré avant moi, et c’était extrêmement difficile de revenir sur lui.

Je suis très heureux d’avoir ce maillot vert. Je ne vais pas faire comme en 2003, et quitter le Tour avec le maillot vert, car je l’ai regretté. Il y a peut-être des possibilités de gagner des sprints à l’arrivée sur le Tour, mais il va aussi falloir aller sur les sprints intermédiaires. Hushovd et McEwen veulent aussi ce maillot, et je pense que Cavendish commence à avoir un capital de points intéressant, ce sera donc difficile.

 

Mark Cavendish : « J’ai démarré un peu plus tôt »


C’est bon de continuer de gagner. J’ai un groupe de coureurs qui me sont complètement dévoués, et il faut que je les remercie tous. Michael Rogers, qui vient de passer les Alpes, se charge maintenant de prendre des relais énormes. Je suis vraiment heureux.

Aujourd’hui j’ai démarré un peu plus tôt, peut-être à 350m de la ligne au lieu de 200-250 m habituellement. C’était très long.

Mark a bataillé avec Julian Dean pour m’ouvrir la porte et me permettre d’y aller. Je pense que Julian a mis son coude, et si Mark ne l’avait pas repoussé, il y avait des risques qu’ils tombent tous les deux. Il a juste fait tout ce qu’il a pu pour me mettre à l’abri des problèmes. J’ai de la chance d’avoir un gars capable d’aller jusqu’à la limite pour moi. Il a une maîtrise incroyable de son vélo et c’est un régal de suivre sa roue jusqu’à l’arrivée, et de se retrouver dans une position idéale.

Dans l’optique du maillot vert, la première semaine a été très difficile. J’ai laissé passer beaucoup de chances de prendre des points, en partie par ma faute sur l’étape d’Arenberg. Et le lendemain, je n’avais pas les jambes pour disputer le sprint. Maintenant je suis concentré sur les victoires d’étapes. Si le maillot vert vient avec, tant mieux, mais ce sera une grosse bataille.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article